A propos de couleur

Il est intéressant de voir comment on peut donner à un mot plusieurs significations. C'est ainsi que la blancheur de la neige m'a conduit à des usages multiples du mot "blanc"...: - Tête blanche - pêche blanche - robe blanche - oie blanche - page blanche - argent blanc - coupe à blanc - tir à blanc - chèque en blanc - blanc de mémoire - blanc-bec, etc.

Pas étonnant alors que l'on puisse faire dire aux mots à peu près ce que l'on veut, dépendant de l'esprit avec lequel on les utilise, et que l'on puisse également leur faire dire le contraire de ce que qu'ils veulent signifier lorsqu'on les cite "hors contexte".

Pourtant, la langue française n'en est pas encore aux subtilités des langues asiatiques dont les mots changent totalement de signification selon la tonalité de la voix, l'interlocuteur à qui l'on s'adresse et les circonstances de leurs utilisations.

Deux endroits dans la Bible me frappent particulièrement lorsqu'il est question de langage:

1- L'histoire de la fameuse "Tour de Babel" (Gen 11 1-8) où les humains sont dispersés par une question de langage, suite à leur orgueil collectif.

2- L'histoire des fameuses "Langues de feu" (Act 2, 1-11) où les humains sont rassemblés par une question de langage, suite à leur foi collective.

N'en déplaise à messieurs Larousse, Robert, Belisle et tous les autres spécialistes de la linguistique, j'en conclus que la "couleur des mots" provient beaucoup plus de toi que du dictionnaire!

Tel est ton coeur,
elles sont tes paroles...