Un bon matin, je conduis ma bagnole au garage pour son examen de routine: changement d'huile et remplacement du filtre. Après examen avec son ordinateur, le mécanicien découvre une fuite dans le moteur et beaucoup de corrosion sur les freins. Je dis donc au mécanicien de faire toutes les réparations qui s'imposent.

Pendant que je patiente dans la salle d'attente en feuilletant une revue de l'an passé (!), je me mets à penser que je prends un plus grand soin de mon auto que de moi-même... Moi aussi j'ai une fuite dans mon coeur et certaine corrosion. Mais suis-je prêt à faire les réparations et les ajustements nécessaires...

Je sais bien que je dispose d'une excellente garantie puisque Jésus a déjà payé toutes les primes d'assurance pour moi sur la croix. Par contre, je sais aussi qu'il y aura tout de même un coût supplémentaire que moi je devrai assumer : lui laisser toute la place et tout le temps nécessaire pour me mouler, pour remplacer le filtre encrassé, et refermer la fuite dans mon coeur.

Je ne suis pas prêt non plus à le laisser enlever la corrosion qui s'y est installée: ça ferait trop mal ! C'est là depuis si longtemps que chaque petite couche de rouille qu'Il enlèverait emporterait avec elle une partie de moi-même : je ne pourrais plus concentrer toute mon attention sur moi, mes plaisirs et mes caprices...

Pourtant, un jour j'ai réalisé à quel point Jésus m'aime pour assumer la quasi totalité des frais de réparation de ma bagnole intérieure et j'ai finalement accepté d'assumer les "quelques petits frais supplémentaires". J'y ai même fait poser des pneus tout neufs, des pneus d'hiver contre le froid dans mes rencontres.

Je jouis maintenant de cette nouvelle vie que Dieu a bien voulu me donner et je vous dis que...

"Ça roule en grand !"         Inspiré de Joséfine