Un drôle de chiffre
En l'an 2000, on changeait de siècle et ce fut tout un boum!
En 2001, on pouvait dire que le nouveau siècle était bel et bien amorcé.
Pour l'an 2002, écrire ces chiffres était comme une vraie magie : 2 + deux 0 + 2.
Mais écrire 2013 deviendra un geste prosaïque et dénudé de tout intérêt, si ce n'est qu'on manipule toujours des caractères arabes, ce qui n'est nécessairement pas de nature à réjouir tout le monde!
 


En oubliant le 1 qui nous dira qu'il n'y en a qu'un, le chiffre 3 est un impair que l'on retrouve dans un trèfle peu chanceux, chez des mages orientaux, dans des figures géométriques, pour des opérations mathématiques, comme la règle de trois, sans parler des racines cubiques; on le découvre également en forme de trépied sous des appareils optiques; enfin les dictionnaires ne tarissent pas de mots commençant par le préfixe " tri ", indiquant une kyrielle de composantes tripartites.

On dit que les Chinois ne se contentent pas de nos quatre points cardinaux et qu'en plus du nord, du sud, de l'est et de l'ouest, ils ont le ciel et la terre. Ça prenait bien eux pour trouver qu'en plus des quatre coins du monde, il y avait quelque chose sous nos pieds et quelque chose au dessus de nos têtes.

Mais si je divise ces six points cardinaux chinois par le fameux 3, j'obtiens un résultat binaire: la terre sur laquelle je vis présentement et le ciel où je rencontrerai un Dieu Trinité.

Somme toute,

le fameux chiffre 3 n’est pas si bête!