Vase d’argile...
Au début, j’étais une terre ocre,
Informe et dure
Sur la table de l’atelier.
Arraché à cette nuit,
Il m’a mélangé à l’eau.
Juste ce qu’il fallait.
Trituré, travaillé lentement,
j’ai senti la douceur de sa main.
Sa main d’artisan.
Je suis devenu tout autre.
J’ai pris forme. J’ai séché.
Et je suis devenu moi.
Me voici : vase ou jarre.
L’eau, qui m’a transformé
S’est délicatement retirée.

C’est ton histoire,
C’est la mienne.

Souviens-toi du Potier éternel...
Il t’a modelé
Et tout délicatement
S’est retiré dans un souffle de vie...