LA ST-VALENTIN

14 février : parade des "p’tits coeurs" : 
coeurs en chocolat, coeurs en papier, coeur-à-coeur, coeurs en détresse, coeurs comblés, coeurs en attente, coeurs à vendre, lèvres en coeur, roi de coeur, dame de coeur, coeur d'or, coeurs brisés...



       Un jour quelqu'un disait comme ça :
- "C'est la première fois de ma vie que je me sens aimé pour ce que je suis et non pas pour ce que je fais...!"

       Cette réflexion amène à réaliser la grandeur de l'amour que le Seigneur nous demande: “Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous ai aimés”. Ce n'est certes pas pour ce que je fais que le Seigneur m'aime, mais pour ce que je suis : sa créature.

       Et cet amour que je dois porter aux autres doit être de même nature : être capable d'apprécier l'autre, non pas pour ce qu'il me rapporte en don ou en présence, mais simplement pour ce qu'il est en lui-même. L'amour devient essentiellement un "sortir de soi" pour entrer en communication avec la réalité de l'autre.

        Je ne sais pas si tous les voeux de la St-Valentin comportent ce sens de l'amour, mais avant d'envoyer ma carte cette année, je pourrais peut-être me poser la question : "Pourquoi je l'aime...?"

         L’amour, c’est vivre de Dieu qui est l’Amour.

"Quand vous aimez, vous ne devez pas dire :
 Dieu est dans mon coeur, mais plutôt :
                        Je suis dans le coeur de Dieu".
                                                               Kalil Gibran , Le prophète