Rouages cosmiques            

Exposition de Gaston Petit - 2010

         Dès l’entrée en salle de l'exposition, il y a cet effet puissamment envahissant de totalité. Une plénitude vibrante et vivante. On entre dans un champ de force, d’énergie.

         Il y a de la musique, beaucoup de musique dans cette multitude de rythmes orchestrés sans la moindre dissonance, tout se tient et tout est là.

         On perçoit de nombreux personnages tantôt allongés, tantôt en vol ou encore recueillis, des silhouettes-citations, des yeux, des bouches, des paysages, des ouvertures sur des espaces autres, les vides et les pleins, les lisses et les textures, les aplats et les dégradés, le proche et le lointain, le chaud et le froid, des yeux, des signes, des structures, l’organique et le logico-mathématique, le micro et le macro, l’ordre et le chaos, les ténèbres et la lumière, la dualité constante de notre univers. Un splendide hommage au Créateur-rouages-cosmiques.


        L’installation Yin-Christ-Yang, magnifique trinité, réconcilie amoureusement les apparentes disparités des confessions religieuses et enseigne qu’on aboutit tous au même Père-totalité dans cette grande Cène-cathédrale revisitée.